Infos Pratiques

Infos Pratiques

L’encadrement : Vous êtes pris en charge depuis l’aéroport international de Delhi (à votre arrivée en Inde et jusqu’à votre départ vers l’Europe). Un membre de notre équipe vous accueillera à votre arrivée à l'aéroport.
Durant le voyage, l’équipe se constitue de Sanu, c'est votre guide culturel francophone
, il passe de la voiture assistance à la moto et vice versa, enchaine la présentation de la vie locale, vous plonge dans l'histoire d'un monastère, du bouddhisme, ou... C'est sans fin, il est incollable. Depuis 2013, Thinless a troqué sa jeep contre une Royal Enfield, c'est lui qui ouvre la route et s'assure que le sourire ne vous quitte plus. Ces compagnons de route l'ont ironiquement surnomé "Road Captain" (il est Ladakhi et est aussi notre guide local... Il connait tout le monde partout et cela nous ouvre beaucoup de portes), Raja est notre mécanicien (il est Sikh et habite à Delhi quand il n’est pas en tour ou dans la préparation de notre parc de moto.. Il travaille à l’année avec nous) ! A cela s’ajoute quelques personnes que vous croiserez occasionnellement : Gyaltsan, qui s’occupe de la logistique depuis notre bureau à Leh, Dorjey (aussi Ladakhi et guide de trekking) qui vous accueille à Delhi, Nawang le propriétaire de la guesthouse à Leh, et toute une bande d’amis qui gravite autour particulièrement lors des fêtes à la fin des séjours. Nous sommes très unis par une amitié qui dure maintenant depuis près de 10 ans et l’équipe n’a pas changée depuis le début. Nous vivons à l'année dans la région, nous y avons nos amis, nos habitudes, nos bonnes adresses.... Cela se ressent tout au long du voyage... Pour le reste, c'est à vous de jouer ! 
Le voyage se déroule sur le rythme de la balade et c'est l'entre-aide qui prime sur la performance. Raja, notre mécanicien, peut à tout moment prendre une moto lors des passages plus difficiles ou pour dépanner lors d'un coup de fatigue. L’un ou l’autre pilote peut alors prendre place dans le 4x4 qui suit le groupe de motards et faire papote avec Thinless. La moto est le meilleur moyen de visiter le Ladakh parce qu’elle facilite le contact avec les personnes rencontrées, parce que vous êtes acteur et non passif, parce que l’on peut s’arrêter à tout moment pour un paysage, une photo ou une rencontre....   

Voyager à moto en Inde :  la conduite sur les routes indiennes, elle est quelque peu déroutante au début, mais l’on finit vite par s’y habituer. Le klaxon est roi, le plus gros a généralement la priorité, et n’importe quoi (ou qui !) peut déboucher à tout moment en plein milieu de la route. Une fois ces trois règles assimilées, la circulation nous semble plus fluide. L’aventure s’adresse à des pilotes expérimentés capables de respecter les consignes élémentaires de sécurité.

L’itinéraire : les distances et les temps de roulage peuvent être modifiés en fonction des conditions climatiques et de l’état de la route. Alors faites preuve de patience et de bonne humeur, vous êtes en vacances !

Le climat : notre été européen correspond à la meilleure période pour visiter le Ladakh. Alors que le reste de l’Inde se retrouve sous la mousson, le Ladakh, coincé entre la chaine himalayenne et celle du Karakoram, se trouve épargné par les pluies. Le climat y est donc sec et rude avec une réverbération intense du soleil. Les températures oscillent de 0 à 30° en fonction de l’altitude et de l’ensoleillement (les écarts sont parfois brusques). Toutefois ayez en tête que dans les alentours de Manali la mousson sera bien présente, il faudra donc prévoir des vêtements adaptés (cf. Equipement).

L’altitude : La région du Ladakh se trouve en haute altitude, nous franchissons des cols à plus de 5000m et dormons généralement entre 3000 et 3500m d'alt. Trois nuits se passent à 4500m d'alt. (les lacs et le plateau de Sarchu). Nos parcours tiennent compte de l’acclimatation à l’altitude, mais vous pourrez vous sentir un peu faibles durant les premiers jours, cela varie d'une personne à l'autre, fumeur ou pas, sportif ou non, jeune ou vieux, fille ou garçon, Il n'y a pas de profil type et d'une fois à l'autre cela peut changer.  Voici les principaux symptômes : maux de tête, étourdissement, perte d’appétit, insomnie, nausée….
Quelques conseils pour limiter le mal d’altitude :

  • Bien dormir…. Essayez d’arriver le plus reposé possible et ménagez-vous les premiers jours.
  • Boire beaucoup d’eau, même si vous n’en ressentez pas le besoin. Evitez les boissons alcoolisées, mangez peu ou léger.
  • Pas de mouvements brusques ou d’efforts démesurés… Faites tout au ralenti, c’est les vacances, prenez le temps pour vous !
  • Suivez les conseils de vos guides, ils ont de l’expérience.
La plupart du temps, il suffit de se reposer, prendre un ou deux cachets d'aspirine (pour fluidifier le sang), et ça passe. Si le mal perdure, nous disposons de bouteilles d’oxygène. Et si cela ne passe toujours pas, la seule solution est alors de redescendre en altitude. L’un des deux véhicules qui nous accompagne peut à tout moment prendre en charge un participant vers un point plus bas (vers Manali ou Leh en fonction de l’endroit où l’on se situe).
Concernant le Diamox qui est diurétique, nous préconisons une utilisation en curatif et non en préventif. Différents avis existent sur le sujet, renseignez-vous auprès de votre médecin.

Santé : au-delà des questions d’altitudes décrites ci-dessus, il est essentiel de nous faire part de toute spécificité de santé vous concernant, cela nous permettra d’être réactifs en cas de besoin. Si vous avez des antécédents cardiaques il est indispensable d’avoir l’aval de votre médecin.

Les hébergements : Les nuits se font principalement dans des guesthouses (petits hôtels de type familial) en chambre double. Chaque chambre comprend une salle de bain privée avec eau chaude, souvent dans un cadre magique. Le parcours prévoit 3 nuits en altitude dans des campements fixes installés durant la saison à Sarchu, aux lacs Tsomoriri et Tsokar. Il s'agit de grandes tentes de deux personnes, où vous pouvez vous tenir debout et dormez dans un lit. De grosses couvertures sont fournies mais il est toujours préférable d’avoir son sac de couchage. Nous prenons les repas dans la tente mess. Vous êtes au plus près de la nature, les montagnes comme seul décor et les marmottes comme uniques voisines. Le bonheur !

Les repas : Les repas sont pris tous ensemble. Petit déjeuner vers 8h, déjeuner vers 12h-13h généralement sous forme de pique-nique et diner vers 19-20h au restaurant ou à la guest-house. Ce voyage est aussi une expérience culinaire qui évoluera en fonction des régions que vous traverserez. Si les traditionnels currys de poulet et végétariens ainsi que les incontournables chapatis et naans vous accompagneront tout du long, vous découvrirez une gastronomie plus proche de celle chinoise une fois au Ladakh avec ses nouilles sautées, raviolis vapeurs (momos) et grandes soupes par exemple. Vous aurez également un aperçu des plats de type cachemiri (à forte influence pakistanaise), délicieux ! Pour les moins aventuriers du palais, rassurez-vous, les occasions de manger occidental seront nombreuses. Quant à manger épicé, cela dépendra de vos goûts !

Tenues : afin de respecter la culture locale, il est important d’avoir les épaules couvertes, d’éviter les décolletés, et les jambes nues… Indispensable pour la visite des monastères.

Equipement : voici une liste non exhaustive des principales choses à mettre dans votre balluchon :·                                
  • Chaussures de marche ou bottes moto (le plus étanche possible !) + une paire de chaussures ou tennis pour le soir
  • Veste chaude
  • Combinaison de pluie
  • Gants et casque (l’intégral protège mieux de la poussière, ou de la pluie, le casque ouvert est agréable pour sa vision et son confort, dans tous les cas, une visière ou des lunettes sont nécessaires). Un masque ou un foulard sont parfois nécessaire pour vous protéger de la poussière.
  • Lunettes de soleil (haute montagne de préférence)
  • Sous couche thermolactyl (genre Damar, etc...)
  • Pull chaud en laine, polaire, écharpe, gants et bonnet
  • Sac de couchage (0° confort)
  • Sac à viande éventuellement
  • Lampe frontale ou lampe de poche
  • Barres céréales ou toutes autres gâteries dont vous raffolez
  • Crème solaire écran total
  • Protection lèvre (labialisant)
  • Antibiotiques à large spectre
  • Aspirine ou paracétamol
  • Diamox (mal des montagnes, consultez votre médecin)
  • Immodium, Ercefuryl
  • Pansements, élastoplastes, désinfectant

Les bagages : Le poids maximum pour le vol interne entre Delhi et Leh est de 20kg. Votre casque sera dans le bagage en soute. Valise ou Sac à dos en fonction de vos préférences. Durant le voyage à moto, vos bagages seront transportés dans l’un des véhicules qui suit le groupe. Sur la moto, vous aurez votre petit sac de jour, avec crème solaire, eau, appareil photo, etc… (nous vous fournirons une housse de protection pour l’eau et la poussière - les motos sont équipées d’un petit porte-bagages).

Argent : vous pourrez changer des euros à Delhi, à Manali et à Leh. Des distributeurs par carte bancaire sont également disponibles à Delhi, Manali et Leh (vérifiez auprès de votre banque si votre type de carte fonctionne en Inde). Le taux de change est d’environ 1€ = ­65 roupies.

Budget à prévoir : le budget sur place n’est pas très élevé...voici quelques références et frais à votre charge:
  • Vos boissons : comptez 10 roupies (15cts d’euros) pour l’incontournable chai = thé, 25 à 40 roupies le litre d'eau, 100 à 150 roupies pour une grande bière.
  • Les entrées pour les monastères : environ 200 roupies/personne (3€) pour la totalité du séjour.
  • Les repas à Delhi : entre 200 et 500 roupies/repas (entre 3€ et 8€).
  • Les extras : cadeaux etc.
  • Les pourboires : à votre bon vouloir et en fonction de votre satisfaction bien entendu.


Electricité : pas besoin d’adaptateur, les prises sont les mêmes que chez vous et le voltage est de 220V (il y a beaucoup de coupures de courant). Vous pourrez charger vos batteries en cours de route, excepté les 3 soirs en campements fixes à Sarchu, aux lacs Tsokar et Tsomoriri...  Si vous avez un chargeur sur allume cigare, vous pourrez toujours rechargez vos appareils dans le véhicule d’assistance qui nous accompagne.

Communication : votre réseau téléphonique fonctionnera entre Delhi et Manali. Une fois au Ladakh aucun réseau étranger ne fonctionne (zone protégée de par la proximité avec la Chine et le Pakistan). Sur place vous pourrez vous rendre dans des cafés internet ou en cas d’urgence, vos proches peuvent joindre directement un membre de notre équipe.

Décalage horaire : l’Inde est loin, mais pas si loin ! + 3h30 vous séparerons de vos proches restés en Europe.

Vaccins : aucune vaccination n'est administrativement obligatoire en Inde. Cela dit il est important d'être à jour pour les vaccination universelles : tétanos, polio, diphtérie, hépatite B, coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole. La vaccination contre l'hépatite A et la fièvre typhoïde est conseillée.

Visa : à propos du visa, cela va en général assez vite (4 à 5 jours ouvrable), mais il faut prévoir un mois à l’avance pour être certain de l’obtenir dans les temps... Toutes les informations sur VFS Global, l’organisme qui gère les visas pour l’Inde. Pour le visa en ligne, vous pouvez le demander au plus tôt 60 jours avant le départ, vous obtenez un reçu par mail et recevez votre visa à l'arrivée à l'aéroport. 

http://in.vfsglobal.be/french/index.html (belgique)
http://www.vfs-in-fr.com/ (France)
http://in.vfsglobal.ch/ (Suisse)
https://indianvisaonline.gov.in/visa/tvoa.html (visa en ligne)